La communication humaine est principalement non verbale

La communication non verbale désigne tout mode de communication n’ayant aucun recours au verbe, c’est-à-dire utilisé – consciemment ou non – sans le recours au langage ni aux mots.

Elle est historiquement un des domaines d’intérêt de la psychologie, mais aussi de l’éthologie. Elle s’attache à étudier le fonctionnement de l’esprit humain à partir de ses émotions. Dès 1972, le psychologue américain Paul Ekman définissait 7 émotions primaires et universelles . Aujourd’hui, les recherches menées, notamment par les universités américaines et des laboratoires indépendants, ont démontrées que la communication humaine était principalement non-verbale. Autrement dit, le comportement occuperait une part importante dans les interactions. Les études menées par le professeur Albert Mehrabian ont établi la règle des 7 % – 38 % – 55 %.

93% de notre communication est non verbale

  • 7 % de la communication est verbale
  • 38 % de la communication est vocale (voix, intonation)
  • 55 % de la communication est visuelle (attitudes corporelles, regards, sourire, clin d’œil, hochement ou signe de tête ou de la main, haussement d’épaule, tremblement, contraction, et au delà, rougeur, larmes, pleurs ou rires, hoquets, certains tics, etc.)

Pour le curieux qui souhaite aller plus loin, je recommande cette belle émission sur la communication non verbale : Dans les secret de la communication non verbale – BNL Consult

Le langage corporel (ou communication non verbale- est un transmetteur de messages et de signaux qui va avoir un impact et une influence considérables l’image et l’opinion que les autres vont se faire – consciemment ou inconsciemment – sur nous. Tout est lié : nos idées, notre pensée (la tête), nos manières de nous exprimer (le corps) et notre façon de gérer (ou pas !) nos émotions (le cœur).

Illustration…

Les responsables politiques représentent, dans ce domaine, un merveilleux champ d’observation. Je vous recommande de visionner, pour vous donner une approche sur la question, ces deux documentaires :

Analyse d’un discours de Barack Obama

Interview de Nicolas Sarkozy et Barack Obama à l’occasion du G20 – TF1 – 2011

Comprendre l’importance du langage corporel, acquérir la conscience de son impact, c’est s’ouvrir aux possibilités infinies d’évoluer et de progresser, notamment dans le domaine de la prise de parole en public.

Repères…

Les différentes écoles de la communication non-verbale

Il n’existe pas à proprement parler de science du langage corporel. Le « non-verbal » ne fait pas partie du dictionnaire et n’est pas défini académiquement. Toutefois, plusieurs approches ont été menées pour mieux appréhender la communication non-verbale.

L’interactionnisme symbolique de l’école de Chicago

L’interactionnisme symbolique est une approche issue de l’école de Chicago et de la sociologie américaine qui a subi plusieurs inflexions de ses fondements théoriques depuis son apparition. Ses représentants principaux sont Ernest Burgess, Everett Hughes et Herbert Blumer.

Le mouvement de Palo Alto

Le mouvement de Palo Alto considère que la communication fonctionne comme un système dans lequel les interlocuteurs sont partie prenante. Ainsi, lorsque deux personnes communiquent ensemble, leur communication ne saurait être lue de manière linéaire car leurs interactions sont étroitement liées. Gregory Bateson fonde en effet la théorie de la « double contrainte » pour montrer que l’on peut parfaitement envoyer simultanément deux messages contradictoires. Le langage du corps joue un rôle important dans ce contexte : en situation de communication, le métacontexte peut amplifier le sens des mots, mais peut également le contredire.

Ses fondateurs sont Gregory Bateson, Donald D. Jackson, John Weakland, Jay Haley, Richard Fisch, William Fry et Paul Watzlawick.

La synergologie

La Synergologie est une discipline ayant pour objet d’analyser le fonctionnement de l’esprit humain à travers son langage corporel. Elle repose sur un champ pluridisciplinaire allant des neurosciences aux des sciences de la communication. La Synergologie se propose de mettre en œuvre une méthode de classification de l’information non verbale.

Le croisement de l’observation non verbale avec les données neurobiologiques sur la base de l’abduction permet ainsi de faire progresser le lien entre langage corporel et fonctionnement de l’esprit humain. La discipline a été fondée en 1987 par Philippe Turchet, chercheur en sciences humaines. Il continue ses recherches dans le domaine, principalement au Québec.

En sciences humaines

Pour le psychologue, le sociologue, l’éducateur ou le soignant, la « communication non verbale » désigne le plus souvent le langage gestuel inconscient – parfois à peine perceptible – de l’espèce humaine. En effet, la communication par mouvements – et micromouvements – réactionnels le plus souvent incontrôlés est l’un des modes de communication des primates, dont les simiens et tout particulièrement de l’Homme, peut-être développé pour compenser une moindre compétence olfactive et grâce à l’évolution du cerveau. Ce mode de communication n’utilise aucun phonème ni ne cherche à les représenter ou symboliser. Il utilise les capacités d’interprétation immédiate du cerveau (inconsciente et parfois conscientes) capable de décoder la gestuelle et la micro-gestuelle humaine : il ne s’exprime pas par les signes linguistiques audibles du langage verbal, mais par les divers mouvements involontaires du corps.